Ce n’est plus un secret : les publications des pages Facebook ont de moins en moins de visibilité, qui plus est celles avec des liens. Facebook privilégiant les posts des « amis » plutôt que des pages, il était donc déjà de plus en plus difficile de créer du trafic vers son site internet depuis un post sans user de publicité. Aujourd’hui, Facebook met en place petit à petit une nouvelle fonctionnalité, nommée Instant Articles, qui permettra aux médias de publier des articles complets directement sur Facebook, sans renvoyer vers leur site web. 

 

Alors, bonne ou mauvaise nouvelle pour la presse en ligne ?

 

Une expérience utilisateur améliorée

 

Plus facile, plus interactive, plus rapide : c’est avec ces mots que Facebook justifie l’utilisation d’Instant Articles. En effet, l’affichage d’un Instant Article serait jusqu’à 10 fois plus rapide que celui d’une page web classique. Ce n’est l’affaire que de quelques secondes de chargement, mais pour des internautes toujours en quête d’instantané, cela peut faire la différence. Qui n’a jamais fermé une page internet qui prenait trop de temps à s’ouvrir ? 

 

En plus de cette rapidité de chargement, Instant Articles propose plusieurs fonctionnalités pour le moins créatives : lecture automatique des vidéos, cartes interactiveszoom instantané sur les photos ou bien une légende audio de l’auteur de l’article. Toutes ces fonctionnalités sont présentées par Facebook dans la video ci-dessous : 

 

 

Instant Articles semble donc être une belle innovation pour les utilisateurs. Mais qu’en est-il du côté des médias ? 

 

Les médias en ligne sur la réserve

 

Une mise en ligne simplifiée…

 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les médias n’auront pas besoin de créer des articles spécifiques pour Facebook et pourront publier les mêmes sur leur site internet. C’est le réseau social qui se chargera de convertir automatiquement ces articles par le biais d’un balisage HTML et des flux RSS. Mise en page identique au site internet de l’éditeur, prévisualisation, insertion d’éléments multimédias, tout est pensé de façon à ce que les médias soient attirés par Instant Articles.

De plus, les médias auront le choix, soit de proposer leurs propres publicités sur leurs articles, soit de passer par Facebook Audience Network, moyennant de céder 30% des recettes à Facebook.

 

 

… Mais Facebook engloutit la presse en ligne !

 

Même si Facebook offre de partager les audiences de leurs articles et les données des utilisateurs d’Instant Articles avec les médias, ce ne seront bien évidement pas les plus pertinentes : identité et comportement des internautes seront gardés bien au chaud, permettant ainsi à Facebook de proposer des publicités bien mieux ciblées que celles des médias.

Si pour le moment Instant Articles n’est pas obligatoire, on sait que ce qui est au départ une option pour Facebook peut rapidement devenir incontournable (tout le monde se souvient de la fameuse application Messenger, que les utilisateurs ont été forcés de télécharger pour continuer d’envoyer des messages privés).

 

Qu’en sera t-il de la visibilité des articles postés via des liens traditionnels ? Est-ce que les Instant Articles seront privilégiés dans l’algorithme Facebook aux dépends des autres articles, entrainant ainsi une baisse de trafic vers les sites des médias en ligne ?

 

Affaire à suivre … Mais n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook !